Skip to main content

Jean Zyromski, dans l'histoire de la SFIO


Published March 15, 2013


"Portrait Introductif de Jean Zyromski" - Leader de la Gauche Socialiste durant l'entre-deux guerre (durée 15 mn)
Et "Jean Zyromski dans l'histoire de la SFIO" (durée 41 minutes)
Historien : Eric Nadaud
Témoignage : Lily Bleibreu (fille de Jean Zyromski)
Réalisation vidéo : Jeanne Menjoulet

Jean Zyromski, né le 20 avril 1890 à Nevers, milite dès 1912 à la SFIO (section socialiste de Haute-Garonne). Après avoir soutenu une thèse de doctorat sur la législation du travail à la faculté de Paris, Jean Zyromski passe avec succès le concours de rédacteur de la préfecture de la Seine. Mobilisé en 1914, il est ensuite blessé puis réincorporé en 1916 dans les rangs de l'armée d'Orient.
Rendu à la vie civile avec la croix de guerre, Jean Zyromski reprend ses activités militantes au sein de la VIe section socialiste de la Seine. Lors de la scission de Tours, il s'oppose à l'adhésion de la SFIO à la Troisième Internationale. Membre à partir de 1920 de la commission administrative permanente (CAP), il entre au bureau national du parti socialiste en 1926 puis occupe l'année suivante les fonctions de secrétaire de l'importante fédération de la Seine au sein de laquelle il mène le courant de gauche de la SFIO, "la Bataille Socialiste".

Il s'oppose à toute participation de la SFIO aux ministères « bourgeois » des radicaux (il s'appose notamment au cartel des gauches, de 1924 .
Dans l'entre-deux-guerres, Jean Zyromski se lance également dans le journalisme politique en dirigeant la rubrique sociale du Populaire et en collaborant notamment à la rédaction de la Nouvelle Revue Socialiste et de l'Avenir. N'aspirant pas à des postes électifs, il se porte cansdidat dans des circonscriptions sans victoire à la clef. Le danger de l'extrême-droite et la montée du fascisme le poussent ensuite à multiplier les tentatives d'un rapprochement entre socialistes et communistes débouchant, le 27 juillet 1934, sur la signature du pacte d'unité d'action, prélude au Front Populaire. Il rompt ensuite avec Léon Blum auquel il reproche surtout la politique de non-intervention en Espagne. Entre 1936 et 1939, il se rendra onze fois auprès des républicains espagnols et c'est aux côtés des communistes qu'il lutte contre la ratification des accords de Munich.
Dès les premières heures de l'occupation, les Allemands cherchent à l'arrêter et perquisitionnent à son domicile parisien. Jean Zyromski participe alors à la réorganisation de la Ve section de la SFIO clandestine mais, mis à la retraite de ses fonctions d'inspecteur des services d'assistance à la préfecture de la Seine en octobre 1940, il part s'installer dans sa ferme du Lot-et-Garonne. Il participe alors activement à la Résistance locale lorsqu'il est arrêté en 1943 puis emprisonné en tant que juif au Fort du Hâ puis à Mérignac avant d'être transféré Drancy. Comme le témoigne, dans ce film, sa fille Lily Bleibtreu, ce n'est qu'avec l'apport de preuves attestant son ascendance catholique qu'il est libéré : il rentre au début de l'année 1944 dans le sud-ouest où il rejoint le Front national.
En avril 1945, Jean Zyromski est élu au conseil municipal de Duras dans le Lot-et-Garonne puis il adhère, en septembre de la même année, au parti communiste. Il se présente aux élections du 8 décembre 1946 pour le Conseil de la République sous cette étiquette. Arrivé en seconde position du scrutin, il est alors élu au titre de la représentation interdépartementale par 218 voix sur 579 suffrages exprimés contre 294 au radical-socialiste Jacques Bordeneuve.
Au Conseil de la République, Jean Zyromski est membre des commissions des affaires étrangères et du suffrage universel. Après 1948, à 58 ans, il se retire de la vie politique pour participer notamment à la rédaction des Cahiers internationaux.
Affecté par la mort de son épouse en 1962, puis atteint par la maladie, Jean Zyromski revint s’installer près de sa fille, Lily Bleibtreu, à Châtillon-sous-Bagneux. Il cesse toute activité politique après l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie (1968)et meurt le 20 octobre 1975 à Melun (Seine-et-Marne).


Producer Jeanne Menjoulet
Audio/Visual sound, color
Language French

Reviews

There are no reviews yet. Be the first one to write a review.
PEOPLE ALSO FOUND
Community Video
by Jeanne Menjoulet
17
0
0
Community Video
by Jeanne Menjoulet
74
0
0
Community Video
by Jeanne Menjoulet
20
0
0
Community Video
by Jeanne Menjoulet
21
0
0
Community Video
by Jeanne Menjoulet
38
0
0
Community Video
by Jeanne Menjoulet
106
0
0
Community Video
by Jeanne Menjoulet
28
0
0
Community Video
by Jeanne Menjoulet
120
0
0
Community Video
by Jeanne Menjoulet
135
0
0